vendredi 12 décembre 2014

Paris : havres de paix bien cachés à Belleville


Aujourd’hui, c'est une nouvelle fois dans le 20ème arrondissement parisien que je vous emmène. Après la vue sur Paris depuis le parc de Belleville et les œuvres de Seth, j'ai eu un vrai coup de cœur pour quelques petits havres de paix bien cachés. La Villa de l'Ermitage et la Cité Leroy sont deux ruelles pavées, inondées sous les arbres et la verdure. Je n'ai pas trouvé beaucoup d'infos sur leur histoire mais on y ressent vraiment une atmosphère particulière. Maisons, ateliers d'artistes, jardins colorés... je n'y ai croisé personne lors de mon passage. Une ambiance paisible, à l'image de ce chat que j'ai surpris en pleine sieste dans un pot de fleurs ;) Un peu plus loin, la Cité de l'Ermitage et le Passage des Soupirs valent également un petit détour.

La Villa de l'Ermitage

 


La Cité Leroy


 

 

La Cité de l'Ermitage



Depuis la rue de Ménilmontant, faites un petit crochet dans cette impasse  fleurie qui donne l'impression d'être un peu moins "entretenue" que ses deux voisines mais ça n'enlève rien à son charme. De belles maisons cachées derrière les rosiers et même un peu de street art.

 

Le Passage des Soupirs 


Dans le même quartier, ne manquez pas non plus le passage des Soupirs, avec de nombreuses maisons HQE construites ces dernières années. Là encore, du calme, des fleurs et du vert en abondance, un vrai contraste avec la rue des Pyrénées juste en bas !


Infos pratiques  :
Paris 20ème
Accès : métro Pelleport ou Saint Fargeau


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 10 décembre 2014

De Cracovie à Auschwitz, sur le chemin de la mémoire


Que j'ai eu du mal à l'écrire cet article ! Je ne savais pas vraiment par où commencer, j'avais très peur de ne pas choisir les bons mots... bref, il en résulte peut être quelque chose de maladroit mais je voulais absolument vous parler de cette étape marquante de notre voyage polonais. Dans mon dernier billet sur la Pologne, je vous emmenais flâner dans le centre ancien de la jolie Cracovie. Aujourd'hui, on reste à Cracovie mais on prend un peu de distance avec la Rynek Glowny pour partir à la découverte de quartiers à l'histoire douloureuse. 

Kazimierz



Kazimierz est le quartier juif de la ville. Des 70 000 juifs qui vivaient à Cracovie avant la seconde guerre mondiale, très peu ont survécu à l'Holocauste. La quartier compte aujourd'hui de nombreuses synagogues ainsi que des lieux et musées consacrés à l'histoire et à la culture juive. Nous avons commencé notre découverte du quartier par la synagogue et le cimetière Remuh. Ce cimetière, qui date de la Renaissance, avait été fermé dès le XVIIème siècle pour des raisons sanitaires et détruit par les Nazis pendant la seconde guerre mondiale. Le lieu a depuis été restauré et 700 tombes ont été mises au jour par les archéologues. Le lieu est très différent du cimetière de Prague. Les tombes sont alignées, parfaitement droites, certaines sont protégées et d'autres en cours de restauration. 


C'est dans le quartier que Spielberg a choisi de tourner La liste de Schindler. Aujourd'hui Kazimierz donne l'image d'un quartier très touristique, envahi de "voiturettes" qui emmènent les visiteurs dans les différents points historiques. Comme à notre habitude, on a préféré poursuivre notre découverte à pieds, en marchant un peu au hasard et en regardant autour de nous. Aujourd'hui, Kazimierz est un quartier d'artistes, un poil bobo et branché. 


Où manger à Kazimierz ? 
Bagel Mamma : un petit resto très mignon qui, comme son nom l'indique, sert des bagels. Une bonne adresse pour petits budgets.

Podgorze



Quand les Juifs ont été expatriés par les Nazis en 1941, c'est dans le quartier de Podgorze, de l'autre côté de la Vistule, qu'ils ont été "amenés". Podgorze est en fait l'ancien ghetto juif de Cracovie et tout, quand on marche dans les rues, nous ramène à son histoire.  La découverte est émouvante parce que certaines rues n'ont quasiment pas changé depuis 1945, parce que l'on essaie d'imaginer cet endroit 60 ans auparavant. Là, l'entrée de l'ancien ghetto, là de grandes chaises métalliques qui rappellent l'absence des déportés, là un morceau de l'ancien mur... 


Il y a peu de monde dans les rues, on suit celles du ghetto, c'est troublant. Et je me dis que la visite d'Auschwitz qui nous attend demain va être difficile.

L'ancienne usine Schindler 



Aujourd'hui transformée en musée, l'ancienne usine d'Oskar Schindler est consacrée à l'histoire de Cracovie sous l'occupation nazie. J'ai trouvé le musée très intéressant mais un peu "brouillon". A peine entré dans la première salle, on est un peu perdu... vidéos, photos et mises en scène rendent l'espace assez complexe et surtout pas facile d'accès. Le musée adopte ensuite une scénographie chronologique qui présente Cracovie pendant l'occupation. Photos, vidéos, reconstitutions, bandes audios, objets...il y a beaucoup (trop ?) d'informations, on en perd parfois le fil alors je me suis contentée de piocher dans celles qui m'intéressaient. 


Infos pratiques : Ancienne Usine Schindler - ul. Lipowa 4 - Cracovie
Entrée : 19 zl soit environ 4,50 €

Auschwitz - Birkenau



Je me suis beaucoup demandé s'il fallait que je parle de ma visite d'Auschwitz (Oswiecim en polonais) ici et surtout de quelle manière. On ne sort pas indemne d'une telle visite et j'y penserais sans doute jusqu'à la fin de ma vie. Quand on arrive sur le site avant 15h, la visite guidée est obligatoire. Elle dure 3 heures, commence dans le camp d'Auschwitz puis se poursuit dans le camp de Birkenau, construit en 1941 par les prisonniers eux-mêmes car le premier camp était devenu "trop petit".

Même si vous y allez à un horaire où la visite guidée n'est pas obligatoire, je vous conseille de la suivre quand même. Le guide nous raconte beaucoup de choses qui nous ont permis de mieux comprendre le fonctionnement et la vie dans les camps. C'est très dur, évidemment, on écoute, on encaisse, on enchaîne les pièces, les bâtiments et on avance sans poser de question de peur de la réponse. On entend tellement de choses pendant ces trois heures qu'on a peine à réaliser l'ampleur de l'horreur et de la barbarie perpétuées dans ces camps. C'est en sortant, après la visite, que tout ce qu'on a entendu résonne dans nos têtes et nous fait réfléchir à beaucoup de choses. On en a beaucoup discuté après la visite, comme un besoin de ne pas garder tout ça pour nous. 1,5 millions d'hommes sont morts dans les camps. Auschwitz ne s'oublie pas... et il ne faut surtout pas oublier Auschwitz, jamais.


Je ne vais pas ici vous raconter la visite car je pense qu'elle n'a de sens que lorsque l'on est sur place. Mais si vous avez l'envie de vous pencher sur cette période de l'histoire, je vous conseille vivement de lire la BD Maus d'Art Spiegelman. L'auteur y raconte l'histoire de sa famille et en particulier celle de son père, survivant des camps. Un témoignage bouleversant, poignant dans lequel je retrouve toutes les informations reçues pendant notre découverte d'Auschwitz.

Infos pratiques  :
Aller à Auschwitz :
 - en bus (c'est le moyen que nous avons choisi) depuis la gare centrale de Cracovie. Durée : 1h20 environ. Tarif : 24 zloty AR (soit environ 6 euros)
- en train  : trajet un peu plus long selon le Routard et bus à prendre en plus à la gare d'Oswiecim pour rejoindre les camps
Entrée dans le site :
La visite commence obligatoirement à Auschwitz I
Visite guidée obligatoire entre 10h et 15h (plusieurs visites en français par jour)
Tarif : 40 zl la visite guidée (soit environ 10 €)


Rendez-vous sur Hellocoton !