mercredi 11 mai 2016

Et si je repartais à Cuba ?


Je fais une pause dans mon carnet birman, je n’avance pas aussi vite que je le voudrais dans mes aquarelles et j’attends donc un peu avant de vous emmener avec moi pour la suite du voyage. A peine rentrée de Birmanie, j’ai la bougeotte je pense déjà à mon prochain voyage. Je vous rassure, je ne vais pas repartir tout de suite mais il n’est jamais trop tôt pour rêver un peu,  si ? Mon cœur balance désormais entre l’Asie, l’Amérique latine et les Caraïbes et le choix promet d’être difficile…
Je suis toujours avide de nouvelles découvertes mais je commence à avoir envie de revoir ou de redécouvrir des pays visités ces dernières années. Pour certains, la période passée sur place était beaucoup trop courte, pour d’autres j’ai tellement aimé que je voudrai y retourner juste pour le plaisir de retrouver des lieux qui m’ont tant marquée et pour d’autres encore j’ai l’impression d’être passée à côté et d’avoir manqué mon rendez-vous. C’est le cas de mon voyage à Cuba. 

Profiter de Cuba


J’ai déjà un peu parlé de ce voyage à Cuba par ici. A l’époque, pour des raisons personnelles, j’avais beaucoup hésité à partir.  Je m’étais finalement décidée à la dernière minute mais mon esprit et ma tête étaient ailleurs et j’ai l’impression de ne pas avoir profité de ce voyage comme il se doit. J’ai la sensation d’être passée à côté de Cuba, de ses couleurs, de sa musique, de ses paysages et de ses habitants chaleureux. Si je repense à Cuba c’est parce que le pays fait beaucoup parler de lui en ce moment, avec l’assouplissement de l’embargo et la présence de Barack Obama sur le sol cubain...  Mais la perspective de la levée de l’embargo laisse imaginer des changements et peut être la fin du charme si spécial de cette île qui semble figée dans le passé.

Alors, pour la première fois, je songe sérieusement à retourner dans une destination connue et à repartir pour un voyage à Cuba. Mais que (re)voir et que faire ?  Je me replonge dans mes souvenirs, dans la lecture de blogs, comme Paris tu Paris de Samantha qui me fait rêver et de sites d’agences de voyage, comme Vacances Transat qui propose des circuits et des séjours chez l’habitant.  Je fais donc le plein de bonnes idées et je rêve un peu.

J’ai fait mon premier voyage à Cuba il y a cinq ans et les souvenirs sont encore bien ancrés dans ma tête. Je n’étais partie que 10 jours, autant dire rien du tout. Cuba est une très grande île et si j’avais le choix (et beaucoup de jours de congés) je partirais bien un mois entier pour l’explorer tranquillement (que voulez-vous, j’ai pris de mauvaises habitudes avec la Birmanie). 

Mon voyage rêvé à Cuba : des paysages, des couleurs et du repos


Si je repars à Cuba, je m’installerai quelques jours à la Havane. Je profiterai de cette ville au visage contrasté, entre immeubles tout juste restaurés aux couleurs flamboyantes et quartiers aux façades décrépies et pleines de charme. Je prendrai des centaines de photos des petits détails que j’aime tant, de portes et de volets et bien d’autres choses encore. Je me perdrai dans les ruelles le jour et partirai à la découverte de la musique cubaine le soir en sirotant un mojito. Je me baladerai sur le fameux Malecon et marcherai sur les pas d’Hemingway. 


Et puis, je partirai ensuite vers la Vallée de Vinales pour m’extasier devant les couleurs des paysages de champs de tabac. Une nature faite de touches de vert, d’ocre et de rouge et ponctuée de petites maisons en bois. Je ramènerai de plus jolies photos qu’il y a cinq ans et serai forcée de constater que j’ai fait quelques progrès.  


De mon voyage à Cuba, je me souviens surtout de Trinidad et de ses ruelles pavées colorées dans lesquelles j’aurais pu flâner des heures et des heures. De tous mes souvenirs de voyages, Trinidad fait sans aucun doute partie des plus beaux. Le charme de la ville est difficilement descriptible mais les photos parlent d’elles-mêmes je crois. Des façades colorées aux habitants et à l’atmosphère si douce qui règne autour de la plaza major, tout me donne envie de m’y poser plusieurs jours pour prendre le temps de découvrir la ville comme elle le mérite. 


Et puis, j’aimerais aussi partir à la découverte de tout ce que je n’ai pas vu la première fois et tout particulièrement de l’Oriente, moins touristique que l’ouest cubain et qui, j’imagine, a beaucoup de choses à offrir. Je m’imagine aussi profiter de la couleur et de la chaleur de la mer des Caraïbes. Vous savez que je ne suis pas une adepte de plages mais se reposer quelques jours et nager dans une eau turquoise et limpide, je ne suis pas contre ;) Il y a cinq ans, on était resté quelques jours à Varadero mais je n’en garde pas vraiment un bon souvenir. Varadero est une station balnéaire très fréquentée et les plages sur lesquelles sont alignés des dizaines de transats ne sont vraiment pas ce que je recherche ! Je compare souvent Varadero à Cancun au Mexique (et ce n’est pas vraiment un compliment dans ma bouche ;) 


Alors voilà, je rêve beaucoup en ce moment mais j’ai vraiment envie de partir à la redécouverte de Cuba dans de meilleures conditions que lors de mon premier voyage et surtout avant que l’île ne change un peu trop de visage suite à l’assouplissement de l’embargo et tout ce que ça implique.
Et vous, vous aimez retourner dans des pays déjà visités ? Vous connaissez Cuba ? Si c’est le cas et si vous avez des conseils, bons plans et bonnes adresses, je suis preneuse !


Pour aller plus loin :
-        Comprendre Cuba aux éditions Ulysse. Une amie m’a offert ce livre juste avant mon voyage à Cuba. C’est une petite mine d’or d’informations pour appréhender le pays et mieux le comprendre surtout. Je vous le conseille vivement.


Article rédigé en partenariat avec Vacances Transat

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 31 mars 2016

Sur le sentier des Douaniers à Ploumanac'h ...


La semaine dernière,  on a eu envie d'allonger un peu le week-end déjà prolongé et de sauter dans la voiture dès le jeudi soir pour retrouver notre Bretagne. On laisse derrière nous une semaine éprouvante et on embarque avec une terrible envie de dormir. La route me paraît interminable jusqu'à notre arrivée à 3 heures du matin mais un invité inattendu est là au réveil vendredi : le soleil !  Vu les prévisions météo du week-end, on est plutôt chanceux et on décide de  re-sauter dans la voiture, mais pour quelques kilomètres à peine cette fois-ci : direction la Côte de Granit rose.

Avant même d'arriver à Ploumanac'h, je souris. Je vois la mer, là-bas au loin et je prononce le fameux "j'ai vu la mer" avec autant d'enthousiasme que lorsque j'étais enfant. Et puis il y a eu le premier pas posé hors de la voiture, ce "oh mais il ne fait même pas froid", ces rayons de soleil qui viennent se poser sur le visage et cette douce sensation de bonheur.


Il y a eu ce sourire, ce rire et cette impatience de marcher sur le sentier des douaniers et de découvrir la vue sur le phare pourtant déjà tellement connue. Cette impatience d'avancer sur le chemin,  de longer la "chapelle" et ses gargouilles et de regarder les rochers rosés, érodés, arrondis aux formes parfois étranges qui pourraient presque donner l'impression d'un décor en carton-pâte.  

Alors on marche, main dans la main, le sourire aux lèvres et le réflex dans le sac à dos. On avance sur le sentier sur lequel on a marché des dizaines de fois, on observe, on sourit (encore) et on s'émerveille (toujours). Je sors l'appareil, je change d'objectif et je peste un peu contre la poussière birmane venue se poser là, sur le capteur. Je tourne une molette dans un sens puis dans l'autre, je teste, c'est moche, je recommence... "Est ce que tu peux aller, là-bas au bout de la jetée? " "Oui, comme ça " "Stooop !" "Attends, il faut que je recule " "Non, je n'ai pas encore fini...mais je me dépêche promis"... (Céline-photographe-amateur-débutant-pas tout à fait au point avec les réglages).


Et puis on arrive sur la plage de Saint-Guirec, c'est marée basse, tant pis pour la photo-carte postale de la plage et de son eau turquoise, ce sera pour une prochaine fois. C'est déjà l'heure du goûter mais à Ploumanac'h, désigné l'année dernière "village préféré des Français", le Perrier est aussi cher qu'à Paris. Le goûter attendra donc le retour à la maison. Je descends sur la plage, presque déserte, "je vais aller prendre une photo de la vue là-bas", alors je marche jusqu'aux rochers, plus précisément jusqu'au petit rocher, là, tout au bout, histoire d'être le plus près possible de l'île du  château de Costaérès et c'est l'erreur de débutante. La mer monte et, quelques dizaines de photos plus tard, et c'est avec de l'eau jusqu'au genou que je rejoins la plage. C'était mon premier bain de mer de pieds de l'année, mais pas le dernier je l'espère... 


Quelques pas encore pour admirer  la vue avant de faire demi-tour et de profiter du sentier, baigné par la lumière de fin de journée et dont on ne se lasse jamais.


Ce vendredi avait presque un avant goût d'été. On s'est senti privilégié d'avoir ces paysages presque pour nous tout seuls ce jour-là. "Et si on venait s'installer ici ? " Une question qui nous passe par la tête à chacun de nos passages en Bretagne. Une question qui n'est vraiment pas d'actualité  mais peut-être qu'un jour on finira par craquer...

Le sentier des Douaniers  - Ploumanac'h

Rendez-vous sur Hellocoton !