jeudi 17 mars 2016

Mes premiers pas en Birmanie : à la rencontre des Akhas


Avant toute chose, je voulais vous remercier de vos nombreux retours sur mon billet précédent, ça fait chaud au cœur et, surtout, ça me pousse à continuer… merci !  J’ouvre donc à nouveau mon carnet de voyage pour essayer de vous emmener encore un peu avec moi en Birmanie. Le voyage a été tellement riche que je me suis longtemps demandé par où commencer.  J’ai finalement choisi l’ordre chronologique qui n’est pas un choix très original certes,  mais qui sera sans doute le plus facile pour vous raconter ce voyage pas à pas. 

Avant de passer la frontière birmane, on a passé quelques jours en Thaïlande qui ne m’ont pas vraiment laissé un souvenir impérissable. Je les laisse donc de côté pour attaquer directement ce qui nous intéresse : le voyage en Birmanie. C’est Marina qui a concocté le programme : une traversée de la Birmanie d’Est en Ouest, hors des sentiers battus, en privilégiant la rencontre avec les ethnies birmanes. Un programme sur mesure, avec de belles découvertes et de beaux moments en perspective ! On passera nos premières journées birmanes dans l’Etat Shan, à Kengtung, à l’Est du pays.  

Quand Birmanie rime avec pluie…


Quelques jours après notre arrivée, une vague de froid s’abat sur l’Asie du Sud-Est et la température descend jusque – 40°C à Pékin. En Thaïlande et en Birmanie, il pleut des cordes pendant plusieurs jours. On quitte Chiang Rai sous une pluie torrentielle, on franchit la frontière birmane sous la pluie et on arrive à Kengtung sous l’averse. Il fait froid, il pleut, notre chambre d’hôtel transpire d’humidité et l’eau de la douche est glaciale. Alors on ressort les polaires qu’on avait rangés au fond du sac, on investit toutes les trois dans des bonnets-écureuils à la mode birmane, c’est un dire un poil kitch (je vous épargne le selfie) et on mange dans des restos très sympas mais sans porte (parce que vous comprenez, à Kengtung, il fait chaud d’habitude). Tout ça n’est pas très grave, c’est même plutôt drôle quand on y repense. Le truc pas très drôle par contre, c’est que la pluie a détrempé les sentiers et que certains villages autour de Kengtung sont inaccessibles. On essaie de se rassurer en se disant qu’on est là pour 5 jours, que la météo a le temps de s’arranger mais on n’est pas très confiantes quand même.


Le premier jour passé à Kengtung est un peu la journée de la déprime. On part à la découverte du marché entre les gouttes. Malgré la pluie, c’est un vrai bonheur de se balader dans les allées. Je découvre pour la toute première fois les odeurs et les saveurs birmanes, mes yeux sont grand ouverts, je veux tout voir, tout sentir, tout découvrir. La première odeur qui arrive jusqu’à mes narines est celle d’une sorte de pâte de poisson à l’aspect quelque peu dissuadant mais dont les birmans raffolent apparemment… Il  y a des piments partout, des montagnes de thé vert cultivé dans la région et un concentré de vêtements tous plus kitchs les uns que les autres, des bonnets  en formes d’animaux pas toujours identifiés aux collections de pyjamas Hello-Kitty en pilou-pilou.  Se promener dans ce marché est un vrai bonheur, à vrai dire on pourrait y rester des heures si la pluie n’était pas de plus en plus forte. Mais ça ne s’arrête pas et on passe l’après-midi au fond de notre lit à dessiner. Mais demain il fera beau, hein ?

…..
Non, demain il ne fait pas beau mais il pleut un peu moins et on peut commencer à envisager la découverte de la région.  Plusieurs ethnies vivent autour de Kengtung et de nombreux treks sont possibles pour partir à la rencontre des villages et de leurs habitants. Le plus difficile sera de faire des choix. 

Partir à la rencontre de la Birmanie ...


Ma rencontre avec la Birmanie, c’est avant tout une rencontre avec les Birmans. Moi qui répétais depuis des années que je n’avais pas vu plus souriants que les Mexicains, ils sont désormais détrônés. Commencer à raconter ce voyage ici, c’est se sentir tiraillée entre deux sentiments : l’envie de partager mes découvertes et d’essayer de vous emmener avec moi et celle, plus égoïste, de garder pour moi ces rencontres et ces souvenirs si précieux.  Ce même « égoïsme » que j’ai ressenti au retour du  Pérou et qui m’a poussée à laisser mon carnet de voyage fermé jusqu’à maintenant.


Mais si je garde tous ces visages souriants et bienveillants au fond de moi, que vais-je bien pouvoir vous raconter du pays ? Les rencontres constituent le cœur de notre voyage. En Birmanie, je n’ai pas été époustouflée par les paysages, je n’ai pas prononcé des « wahou, c’est magnifique » 10 fois par jour comme devant les paysages péruviens, je ne suis pas tombée en amour du patrimoine birman. En Birmanie, je suis tombée amoureuse des Birmans, de leurs sourires, de leur gentillesse et de leur incroyable bienveillance. Alors, j’ai passé presque toutes mes journées à sourire, à lancer des « Mingalaba » (bonjour) et à tenter, tant bien que mal de communiquer d’avantage. « Jezu tempade » (Merci) ! « Né condé la ? » (Comment ça va ?) et le très utile « Na mé lé bou » (je ne comprends pas)…

Comment raconter avec justesse ces échanges de regards, de sourires et même de fous rires parfois ? Comment trouver les mots justes pour décrire le visage de cette femme Akha que j’aurais pu regarder pendant des heures ? Comment raconter ses yeux pétillants et rieurs, son immense sourire au bétel et ses rides, celles du sourire incontestablement, qui la rendent si belle ?  


Je ne connais pas tous les prénoms des personnes rencontrées tout au long du voyage, j’ai parfois oublié de leur demander. Mais elles sont inoubliables. Alors j’ai décidé de les dessiner et d’introduire un peu d’aquarelles dans chacun de mes billets birmans.


Les Akhas et leurs visages si doux


Parmi les rencontres marquantes du voyage, il y a celle avec les Akhas qui a une place toute particulière dans mes souvenirs. Peut-être parce que c’est la toute première, peut-être aussi parce que les Akhas ont toutes en commun ce visage et ce sourire si doux.  Pendant les quelques jours qu’on a passés à Kengtung, on a suivi Tum, notre guide, tous les matins. Pour toutes les rencontres faites au cours du voyage, le guide  est un acteur essentiel. Parce qu’il parle birman et les dialectes des ethnies qu’on rencontre, parce qu’il connaît les codes à respecter, parce qu’il amorce et créé l’échange et parce qu’il constitue le lien indispensable entre eux et nous. Délicat, discret et excessivement gentil, Tum fait incontestablement partie de nos plus belles rencontres birmanes. Ces quelques jours passés à Kengtung n’auraient pas été tout à fait pareils sans lui.


Pour aller à la rencontre des Akhas, on a suivi Tum pendant des heures sur des sentiers boueux qui grimpent, on a croisé des visages souriants et amusés. Après quelques heures de marche, la vue sur les villages apparait. Les maisons semblent réparties de chaque côté d’un long chemin central. La terre est ocre, voire rouge à certains endroits. On admire et on a qu’une hâte : arriver là-haut !

On s’arrête dans une première maison et on est invité à s’installer autour de la table sur laquelle sont amenés thé vert, bananes et cacahuètes. On est bien ici. Alors on s’installe et on sort des sacs les nouilles et les raviolis achetés le matin sur le marché. Après le repas, d’autres femmes du village arrivent, elles sont toutes terriblement belles. C’est un peu le moment idéal pour sortir les crayons alors je me lance et je jette mon dévolu sur Ati et ses yeux de chats. Un essai un peu plus concluant que les dessins de la veille, une future aquarelle sans doute. Les minutes défilent, des petites discussions naissent, des regards et des sourires s’échangent et les distributions de polaroids se multiplient. Mais il est déjà temps de partir, un peu de marche nous attend encore.


Dans le troisième village, Stéphanie dessine et je regarde amusée l’animation qui se crée autour de nous. Une dizaine de personnes, intriguées, curieuses, enjouées et souriantes nous entourent et feuillettent le carnet de Stéphanie. Une petite fille se dandine dès que son père se met à chantonner, les éclats de rires fusent. La journée passe à la vitesse de la lumière, il est déjà temps de rentrer. La lumière dorée de fin d’après-midi envahit les paysages, c’est beau !


On rentre à Kengtung. Demain, d’autres heures de marche nous emmèneront à la rencontre des Lahu-Shi. Un moment inoubliable…à suivre !

Pour toutes les infos pratiques liées à ce voyage en Birmanie, je pense faire un récapitulatif d'ici quelques semaines. Mais si vous avez des questions d'ici-là, n'hésitez-pas à me les poser dans les commentaires ou à m'envoyer un message !

Rendez-vous sur Hellocoton !

27 commentaires:

  1. Je lis tes aventures en Birmanie avec beaucoup d'émotions. Lors de mon voyage en Asie, je suis tombée malade là-bas au bout de quelques jours. Je suis repartie aussi sec à Bangkok pour aller à l'hôpital. Le peu que j'ai vu de ce beau pays et de ces gens adorables m'a tellement donné envie d'y retourner. Et lire tes récits et voir tes photos...
    Heureusement, j'ai eu l'occasion de rencontrer des Aghas dans le nord de la Thaïlande et du Laos, et d'autres ethnies dans le nord du Vietnam.
    Vous avez du faire un voyage inoubliable !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens d'avoir lu tes récits sur ton blog... c'est vraiment dommage mais je suis sure que tu auras l'occasion d'y retourner un jour, je te le souhaite en tout cas :) C'était ma première fois en Asie et je crois que ce ne sera pas la dernière. Les Birmans sont incroyables et tellement gentils ! Ce voyage est inoubliable et on a traversé tellement d'émotions ! Bon week-end

      Supprimer
  2. Tes aquarelles sont sublimes et reflètent bien la douceur que l'on voit sur chaque visage que tu as photographié. C'est fort en émotions, même pour moi qui le lis!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Aurélie :) Il faut que je me remette au "travail" pour les prochains billets ! bises

      Supprimer
  3. C'est un pays que je rêve de visiter. Quelle chance cette immersion au cœur des ethnies... Les portraits sont magnifiques. Bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Je te souhaite de découvrir un jour la Birmanie,c'est un pays très agréable pour voyager :)

      Supprimer
  4. Superbes photos, superbes dessins. Ce voyage a du être incroyable. Comment est ce que tu l'as organize ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, oui, incroyable, c'est le mot ;) C'est Marina, du blog Stories of Inspiration, qui connait bien le pays, qui a concocté le programme et les différentes étapes du voyage (et qui avait fait plein de repérages d'adresses, etc). Une fois sur place, c'est assez facile, les Birmans sont très accueillants et on trouve facilement des réponses à nos questions :)

      Supprimer
  5. Je partage ton sentiment d' "égoïsme" que j'ai ressenti pour mon voyage au Portugal aussi ! Toujours difficile d'avoir un blog : vouloir partager ce qu'il y a de plus beau dans notre voyage et vouloir tout garder jalousement !
    Merci pour ce beau partage en tout cas <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien :) C'est exactement ça, je me sens vraiment partagée entre deux envies ! Mais finalement, le fait d'écrire les billets et de les partager me fait revivre le voyage et ça c'est plutôt bien..

      Supprimer
  6. C'est drôle comme nos expériences peuvent paraître semblable entre Snénégal et Birmanie, je retrouve plein de sentiment connu quand je te lis à propos de ces rencontres si marquantes, de ces sourires, de cette gentillesse... Je suivrais la suite avec grande attention, mais je suis déjà ravie de voir tes peintures dans ce billet, c'est beau...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que j'ai pensé aussi en lisant tes billets ! Je trouve ça tellement difficile de réussir à partager et à raconter des rencontres et des sourires...mais c'est pourtant ça qui caractérise le voyage ! (Et d'ailleurs, quand j'ai choisi la carte postale que je t'ai envoyée, j'ai immédiatement pensé à ta photo d'enfants souriants au Sénégal..). Merci beaucoup ! :)

      Supprimer
  7. Tes aquarelles et tes photos sont magnifiques ! C'est vraiment super d'avoir pu découvrir la Birmanie de cette façon ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Mathilde :) Oui, ce voyage est une vraie chance, j'ai hésité un moment avant de prendre mes billets mais je ne le regrette pas !

      Supprimer
  8. Olala, ces portraits, ces aquarelles, ces sourires! Le voyage d'une vie, je suis contente que tu le partages avec nous tu sais! S'immerger dans la culture birmane, il faut oser... Enfin, je veux dire, timide comme je suis, c'est tout un défi^^ empreint de beaux souvenirs et constructif, c'est un beau leitmotiv...^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, moi aussi je suis timide.. ce n'est pas toujours facile, on n'est pas toujours à l'aise tout de suite mais un sourire ouvre beaucoup de portes :) Les Birmans sont tellement souriants et gentils qu'il est difficile de ne pas être à l'aise dans ce pays.. Ce voyage a été très fort en émotions, je ne suis pas prête de l'oublier !

      Supprimer
  9. Merci pour ces photos , ces jolies aquarelles et pour ces merveilleux sourires. J'ai eu la chance d'aller en Thaïlande dans une tribu Akhas et j'en garde un très bon souvenir. J'attends la suite avec impatience!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je ne savais pas que tu avais rencontré des Akhas en Thaïlande ! Il va falloir me montrer les photos ;)

      Supprimer
  10. Ça doit être dingue de faire un voyage comme celui là ! C'est tellement à l’opposé de notre mode de vie que ça doit être très enrichissant !

    RépondreSupprimer
  11. C'est juste magique. Merci!
    Je rêve de découvrir ce peuple depuis si longtemps! Ces sourires...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien ! Les sourires des Birmans sont inoubliables !

      Supprimer
  12. J'ai pris un peu de retard mais ca y est, je peux enfin me plonger dans tes récits sur la Birmanie.. Je voulais pouvoir prendre mon temps, profiter et non pas le lire à la va-vite entre deux stations de métro, ça ne lui aurait pas donné justice.
    Tes aquarelles et photos de portraits sont vraiment magnifiques! Rien qu'à les regarder, on a tout de suite un sourire aux lèvres. L'exercice des portraits est quelque chose que je voudrais faire mais jusqu'à maintenant, j'ai toujours eu la barrière de la timidité... Un jour ;)
    Et merci à toi pour nous faire partager tout ça, comme beaucoup, je sais à quel point la balance entre "partager" et "garder précieusement pour soi" est difficile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi j'ai un peu de retard pour te répondre ;) Merci beaucoup, il faut dire qu'être avec Stéphanie pendant le voyage m'a beaucoup aidé à vaincre ma timidité et à oser sortir mes crayons... et finalement, j'étais tellement contente après coup, que je me dis que ça aurait été bête de ne pas me lancer.. J'ai très envie de continuer de partager la suite du voyage mais 2016 est décidément une année très chargée pour moi et il va me falloir un peu de temps pour trouver un nouveau rythme..

      Supprimer
  13. En plus du voyage, tout est magnifique dans ce post : ton article, riche en bons sentiments, tes clichés superbes et émouvants, tes dessins, à tomber.... Mille bravos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Alexandra :) ton commentaire me fait vraiment très plaisir ! Le blog me manque terriblement en ce moment, j'espère pouvoir revenir à un rythme plus régulier très bientôt !

      Supprimer
  14. However, the typical injection moulding machine has the potential to be dangerous, so only qualified and skilled specialists use them in large-scale manufacturing operations. The double cylinder can become extraordinarily sizzling, so great care should be taken within the installation, upkeep and use of these powerful gadgets of machinery. Murray Plastics is a U.S. customized injection mould builder and maker of plastic components. We have a long time of expertise in design, tooling, and manufacturing plastic components. Our management group brings a vast expertise from selection of|quite a lot of|a big selection of} industries and Freediving Computers quantity of} branches of the us

    RépondreSupprimer